Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Syndromes de DiGeorge, Williams - Beuren et Marfan

Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 44
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Syndromes de DiGeorge, Williams - Beuren et Marfan   Jeu 10 Aoû - 0:33

le syndrome de DiGeorge



La micro délétion 22q11 est une pathologie en rapport avec une microdélétion de la région appelée DiGeorge chromosomal region ou DGCR situé sur le locus 22q1 du chromosome 22 qui entraine la perte du gène TBX.

Pour des raisons variées, le VCFS est connu sous un certain nombre d'appellations, entre autres:
-la séquence de Di George
-le syndrome de Shprintzen,
-le syndrome cardiofacial de Cayler,
-le syndrome de la délétion 22q,
-le syndrome des anomalies conotroncales et de la face (Japon)

Le CATCH22 peut certainement être rayé de la liste des appellations acceptables parce que c'est une tentative humoristique de mauvais goût (faisant référence à la nouvelle et comédie noire CATCH22 de Joseph Heller).

Les symptômes que l'on observe le plus souvent sont:

Anomalies du palais et des oreilles:

La présence chez 95% des personnes atteintes d’une fente palatine, parfois sous muqueuse, d’un voile du palais trop court ou d’une anomalie de la gorge peut entraîner des difficultés de langage empêchant une bonne compréhension de l’enfant.

Il sera impératif de mettre en place une guidance orthophonique très précoce (dès 1 an), parfois une intervention chirurgicale afin de favoriser le langage et de ce fait la scolarisation.

Après l’âge de 5 à 7 ans, tous les enfants pris en charge parlent, d’où la nécessité d’un diagnostic précoce et d’une prise en charge immédiate en partenariat avec les parents.
Les otites sont fréquentes et peuvent à la longue se solder par une perte auditive si elles ne sont pas correctement traitées.


Une pose de drains tympaniques est souvent nécessaire.
Les otites résultent d’un déficit immunitaire mais surtout des malformations du pharynx.
Une anomalie de l’oreille interne peut aussi altérer l’audition et sera à rechercher.

Troubles de l’alimentation:

Etroitement liés aux anomalies de la gorge ou du larynx.

Malformations cardiaques:

Elles touchent environ 65% des personnes atteintes. Ces malformations sont variables dans leur complexité.
Le plus fréquemment, il s’agit d’une communication inter-ventriculaire ou inter-auriculaire, d’un rétrécissement des grands vaisseaux qui sortent du cœur (aorte ou artère pulmonaire), ou de malformations valvulaires ou vasculaires.
Une combinaison de plusieurs malformations est également possible (p.ex. tétralogie de Fallot).

La plupart de ces malformations peuvent être partiellement ou complètement corrigées par la chirurgie.

Hypocalcémie:

Liée à une atteinte des glandes parathyroïdes pouvant entraîner des crises de tétanie chez les tout petits et des troubles du caractère chez l’enfant ainsi qu’un retard de croissance et un disfonctionnement du colon : un traitement approprié pourra pallier ces problèmes si nécessaire, et une surveillance régulière sera mise en place.

Troubles des défenses immunitaires:

Une absence ou un mauvais développement du thymus peut entraîner une réduction importante de cellules du système immunitaire de type lymphocyte T.
Des infections ORL très fréquentes dans 78% des cas chez le petit enfant peuvent encore aggraver les difficultés de prononciation ou d’audition.
Des antibiothérapies adaptées améliorent considérablement le quotidien, surtout dans les premières années.

Malformations du système urinaire:

L’absence ou l’hypoplasie d’un rein est fréquente. Bien qu’elle n’ait généralement pas de conséquences chez l’enfant, il est important de la connaître car cette information va conduire le médecin au choix de certains médicaments et à traiter vigoureusement toute infection urinaire.

Constipation:

dont la ou les causes sont encore très mal connues.
L’hypocalcémie semble être un des éléments perturbant mais sans doute pas le seul.
Ces problèmes se révèlent graves dans 32% des cas.

Problèmes hormonaux:

Des déficits de la glande thyroïde et parathyroïde ont été rapportés.
Il est important pour le médecin traitant d’être informé de ce problème car il n’est pas toujours évident de détecter ces déficits chez des enfants.
L’hypocalcémie (réduction du taux de calcium sanguin), signalée par des crises de tétanies, est une des conséquences de l’hypo parathyroïdie.

Scoliose:

Très fréquente : 42% des cas, elle nécessite une prise en charge de kinésithérapie et une surveillance constante. Un suivi par un orthopédiste qui proposera des semelles dès le plus jeune age semble avoir un effet bénéfique sur le développement de la scoliose.

Troubles moteurs:

70% des cas Une prise en charge en psychomotricité est nécessaire pour améliorer la motricité fine et les difficultés spatio-temporelles persistantes.

Hypotonie:

Présente dans 95% des cas, elle entraîne un léger retard du développement psychomoteur et une certaine lenteur gestuelle : une rééducation précoce et continue et l’aide des parents en atténueront les effets.

Retard dans les apprentissages et déficit d’attention:

Présent dans presque tous les cas, 98% des cas, c’est le défi majeur auquel les parents sont confrontés.
A la micro-délétion 22q11 sont très souvent associés des troubles de la cognition et des apprentissages.
Plus le diagnostic sera précoce, meilleure sera la prise en charge.
Le rôle des parents est primordial dans le devenir de l’enfant. C’est grâce à leur soutien, leur présence, leurs sollicitations constantes, attentives, patientes et sans failles que l’enfant progressera.
Comme dans beaucoup d’anomalies génétiques, le regard des professionnels change.
En effet, plus le nombre de familles diagnostiquées augmente, plus les variations apparaissent.
Jusqu’au début des années 90, seuls les cas les plus graves étaient connus. Aujourd’hui, avec les progrès de la connaissance du syndrome, nous avons mis en évidence que 78% des enfants atteints pouvaient suivre une scolarité «normale» jusqu’en troisième, avec un soutien très fort aussi bien parental que médical. Il reste à convaincre les enseignants d’accepter nos enfants dans les classes.

Troubles psychiatriques, schizophrénie:

Chez 20 à 25 % des adultes, on a pu observer des troubles psychiatriques. Une des difficultés dans l'investigation des troubles psychiatriques chez l’enfant ou l’adolescent est que leur sévérité évolue avec l'âge, devenant typiquement plus sévères chez l'adulte.


Ces différents symptômes peuvent trouver des solutions.
Il est cependant important de ne pas les traiter séparément les uns des autres, car il peut y avoir des interactions importantes.
Les parents doivent dans tous les cas être partie prenante dans les différentes rééducations de l’enfant.

La connaissance de cette anomalie génétique est encore incomplète. Sa complexité, l’implication d’un grand nombre de gènes et donc les très nombreux symptômes qui en résultent (185 observés), rendent la recherche difficile.

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Syndromes de DiGeorge, Williams - Beuren et Marfan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un grand voyage au Canada pour Margaux/Syndrome de Williams
» l'actualité de Michelle Williams ajouter à mes stars préfér
» Lisa Williams : Dialogue avec les morts
» Montel Williams
» Robbie Williams : fini la chanson, bonjour les extraterrestres !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: La Famille :: Enfant 2 à 7 ans :: Maladies / Troubles-
Sauter vers: