Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Niveaux de puissance des narcotiques contre la douleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 43
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Niveaux de puissance des narcotiques contre la douleur   Mer 26 Avr - 15:24

Niveaux de puissance des antalgiques

Combattre des « fausses croyances » sur la morphine
Il est nécessaire de combattre certaines idées reçues, notamment le rapprochement fait entre la dépendance physique, la dépendance psychologique, la tolérance et le risque de survenue de dépression respiratoire.

La tolérance concerne la nécessité d'augmenter les doses pour obtenir l'effet analgésique initial. La dépendance physique est l'apparition de signes aigus de sevrage si l'emploi de l'opioïde est soudainement interrompu ou si un antagoniste est administré. Quant à la dépendance psychologique, c'est un comportement qui accompagne la toxicomanie, caractérisée par une convoitise du médicament et l'obsession de l'obtenir et de l'utiliser.

-Il n'existe pas à l'heure actuelle de pharmacodépendance reconnue au cours d'un protocole utilisant des opiacés, seule la dépendance physique pourrait éventuellement apparaître au cours d'un traitement, mais elle peut-être jugulée par un suivi quotidien.

En ce qui concerne la dépression respiratoire, elle ne survient qu'après un surdosage et cède sous traitement antagoniste. Il est exceptionnel d'observer une dépression respiratoire lors de l'augmentation progressive des doses.


L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) propose un schéma d'utilisation progressive des antalgiques, sous forme d'échelle à trois paliers, fonction de l'intensité de la douleur.
- Niveau 1 : non morphiniques (aspirine, paracétamol, etc.).
- Niveau 2 : morphiniques faibles (codéine).
- Niveau 3 : morphiniques forts (morphine et ses dérivés).

Certaines règles de base doivent être respectées :
la prise de doses correctes à horaires fixes et à intervalles réguliers ;
le respect des contre-indications et des non associations ;
l'ajustement individualisé ;
l'évaluation rapide de l'effet antalgique ;
comme toute pathologie, la douleur nécessite un suivi.

Combattre des « fausses croyances » sur la morphine
Il est nécessaire de combattre certaines idées reçues, notamment le rapprochement fait entre la dépendance physique, la dépendance psychologique, la tolérance et le risque de survenue de dépression respiratoire.

La tolérance concerne la nécessité d'augmenter les doses pour obtenir l'effet analgésique initial. La dépendance physique est l'apparition de signes aigus de sevrage si l'emploi de l'opioïde est soudainement interrompu ou si un antagoniste est administré. Quant à la dépendance psychologique, c'est un comportement qui accompagne la toxicomanie, caractérisée par une convoitise du médicament et l'obsession de l'obtenir et de l'utiliser.

Il n'existe pas à l'heure actuelle de pharmacodépendance reconnue au cours d'un protocole utilisant des opiacés, seule la dépendance physique pourrait éventuellement apparaître au cours d'un traitement, mais elle peut-être jugulée par un suivi quotidien.

En ce qui concerne la dépression respiratoire, elle ne survient qu'après un surdosage et cède sous traitement antagoniste. Il est exceptionnel d'observer une dépression respiratoire lors de l'augmentation progressive des doses.

Sites d'action et effets secondaires de la morphine
- La morphine possède un grand nombre d'actions sur les différents organes du corps humain, ce qui lui confère des propriétés thérapeutiques mais également des effets secondaires (cf. schéma CNIMH)
- Certains de ces effets secondaires de la morphine disparaissent après quelques jours d'administration, c'est le cas pour la somnolence ou le prurit par exemple.
Les nausées et vomissements s'estompent également au bout d'une dizaine de jours mais répondent bien aux neuroleptiques (Haldol) ou au métoclopramide (Primpéran), ou encore à la prochlorpérazine (Témentil).
La constipation, presque toujours présente, doit être prévenue par des laxatifs (exemple : Duphalac + Jamylène ou Péristaltine, Sirop de pomme de reinette, Mestinon).
La confusion et les hallucinations sont rares, mais sans traitement particulier : diminuer les doses si possible.




Voies d'administration de la morphine
Les potions magistrales (solutions orales) de morphine sont utiles en début de traitement pour ajuster la posologie avant de passer aux formes LP et également en cas d'impossibilité d'utiliser la voie orale (dans les sondes de jéjunostomie par exemple).
Le développement des formes orales à libération prolongée, des patchs et celui des pompes implantables permettent une analgésie adaptée à l'intensité de la douleur.
La liste de base de 1994 ci-dessous est sans cesse à actualiser en se référant au Vidal car des spécialités pharmaceutiques proposant d'autres formes galléniques apparaissent.
Pour exemple : sont disponibles en 2001, le Temgésic, le Sevredol, l'Actiskénan, le Kapanol, le Durogesic, la Sophidone, etc...


_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Niveaux de puissance des narcotiques contre la douleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Énergie contre la douleur.
» methadone contre la douleur au québec
» prière contre la douleur physique
» Médicaments contre fièvre, douleur...
» L'hypnose contre la douleur ,testée à l'hôpital d'Aix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: Le Cancer-
Sauter vers: