Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Tourisme sexuel : lutter contre l'exploitation des enfants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 42
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Tourisme sexuel : lutter contre l''exploitation des enfants   Lun 18 Mai - 12:45

Tourisme sexuel : lutter contre l'exploitation des enfants
L'expression "tourisme sexuel" est apparue récemment avec la démocratisation des moyens de transport. En quête d'exotisme, des milliers de voyageurs parcourent la planète et font escale dans des pays aux lois plus souples où des fillettes de 10 ans et des garçons du même âge vendent leurs corps pour survivre. Mais si tout se vend, peut-on pour autant tout acheter ?


Lors d'une émission de télévision sur le tourisme sexuel on a pu voir, en caméra cachée, un couple d'occidentaux, des gens comme tout le monde, 50-60 ans, expliquant au touriste-journaliste, sans rougir, sans honte qu'il venait de passer quelques jours avec une jeune fille, très jeune, pas très chère… L'adresse, ils l'avaient trouvée sur Internet par un intermédiaire de leur pays. Ils en parlaient comme on échange de bonnes adresses de vacances. Cette banalisation de la vente du corps d'un autre, de son intimité, de sa sexualité paraît donc évidente pour certains de nos contemporains.

L'exploitation sexuelle des enfants et adultes des "pays pauvres" par les touristes des "pays riches" est une réalité de notre monde. Voler à l'autre bout de la planète, dans un pays où les lois sont plus souples, la protection sociale inexistante et où travailler, quand cela est possible, ne nourrit pas son homme est devenu banalité. Avec l'exotisme, le touriste s'imagine dans un autre monde où les êtres humains, adultes ou enfants, n'auraient pas les mêmes aspirations, le même droit au respect. L'exploitation sexuelle d'enfants dans le tourisme est majoritairement le fait de personnes qui, sans être des pédophiles assidus, profitent de leur séjour dans ces pays pour ignorer les interdits qu'ils respectent habituellement.



Pour que ces crimes ne restent pas impunis

Suite au Congrès mondial de Stockholm d'août 1996 contre l'exploitation sexuelle d'enfants à des fins commerciales, l'Union Européenne a pris conscience de l'ampleur du phénomène. Des recommandations ont été faites aux Etats membres pour combler les vides juridiques qui laissaient ces crimes impunis. La loi du 1er février 1994, dite d'extraterritorialité, permet de poursuivre et de juger en France, un français accusé d'un acte sexuel, commis à l'étranger sur un mineur de moins de quinze ans, contre rémunération, même si dans ce pays ce délit n'est pas réprimé.

Se vendre, vendre son corps, sa jeunesse est une façon pour ces enfants, ces adolescents de survivre. Mais ce choix ne peut être librement consenti. Ce sont des "rabatteurs" qui achètent les enfants à leur famille ou bien encore des parents qui imposent ce moyen de subsistance à leurs enfants.

Ce commerce, très lucratif, génère des profits importants de manière directe et indirecte, et si les souteneurs sont prêts à tout pour ne pas perdre leurs revenus, les pays concernés hésitent également à sanctionner sévèrement cet état de fait.

Beaucoup de jeunes se droguent pour supporter ces sévices. Bien sûr le jeune proposera ses services, contre rémunération. Comme il racole, on considère qu'il est demandeur. C'est derrière cet argument que se cache le client : il ne fait qu'accepter un service et, d'ailleurs, il se dit qu'il paye et, même, qu il paye bien et fait des cadeaux. Cherche-t-il à se déculpabiliser ? La loi aujourd'hui est là pour rappeler qu'un enfant reste un enfant quelles que soient ses origines, il faut le protéger.

Mobilisation des associations et tours opérateurs

Les tours opérateurs, les voyagistes, les compagnies aériennes se sont mobilisés pour sensibiliser leurs clients et les informer des risques judiciaires qu'ils encourent à leur retour. Des prospectus sont distribués et certaines compagnies aériennes diffusent une vidéo lors des voyages à destinations sensibles. L'année dernière Air France a dispensé un film vidéo de l'organisation non gouvernementale britannique ECPAT (End of child prostitution, pornography and trafficking), cette année Swissair la diffusera également.

En 1989, 191 Etats ont ratifié la Convention internationale des Droits de l'enfant. L'article 34 a posé les bases de la lutte contre la prostitution enfantine :

"Les Etats parties s'engagent à protéger l'enfant contre toutes les formes d'exploitation sexuelle et de violence sexuelle. A cette fin, les Etats prennent en particulier toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral pour empêcher :

Que des enfants ne soient incités ou contraints à se livrer à une activité sexuelle illégale ;
Que des enfants ne soient exploités à des fins de prostitution ou autres pratiques sexuelles illégales ;
Que des enfants ne soient exploités au fin de la production de spectacle ou de matériel de caractère pornographique."


Dr Agnès Mocquard,doctissimo

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Tourisme sexuel : lutter contre l'exploitation des enfants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lutter contre ses cognitions
» 'Lutter' contre la pub par MP
» Lutter contre la propagande du CIV avec un petit mail...
» Comment lutter contre l'insomnie
» Plante pour lutter contre l'asthme ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: Pédophilie,Violence :: Pédophilie-
Sauter vers: