Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le choix de travailler à 65 ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 42
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Le choix de travailler à 65 ans   Mar 16 Oct - 23:03

Le choix de travailler à 65 ans


Les départs à la retraite des baby-boomers risquent d'entraîner au cours des cinq ou dix prochaines années une pénurie de main-d'œuvre pour les entreprises canadiennes. Un des remèdes, selon la Fédération de l'âge d'or du Québec, est de revaloriser le travail des aînés.
Une étude récente de la Banque Toronto-Dominion, rapportée par le quotidien Globe and Mail, révélait que les entreprises canadiennes devraient cesser immédiatement d'encourager leurs employés à prendre une retraite hâtive. Au contraire, elles auraient intérêt à leur offrir de la formation afin de pouvoir continuer à profiter de leurs compétences et de leur expérience. Au risque de se retrouver avec un nombre trop élevé de postes à combler.

Les problèmes des entreprises ne sont pas dans la mire de Louise Aubert, conseillère à la FADOQ-provinciale. Responsable des dossiers sociaux à la Fédération, elle se préoccupe avant tout des aspirations légitimes des aînés. « Il faut permettre aux travailleurs de 65 ans et plus qui le veulent de demeurer sur le marché du travail. De même, nous ne sommes pas opposés à la FADOQ à ce que les gens puissent prendre leur retraite à 55 ans, s'ils le souhaitent et peuvent se le permettre. Mais ça doit être une question de choix personnel. »

Au Québec, les employeurs ne peuvent en théorie montrer le chemin de la porte à un employé sous le seul prétexte de son âge. Sur le plan légal, il n'y a pas d'âge de la retraite obligatoire. Mais dans la perception populaire, le 65e anniversaire de naissance est généralement associé à la fin de la vie professionnelle. Cela tient peut-être au fait que c'est à partir de cet âge que les Canadiens deviennent admissibles à des prestations de la Sécurité de la vieillesse, explique Louise Aubert.

La situation est différente ailleurs au pays. Malgré son caractère discriminatoire, la retraite obligatoire à 65 ans prévaut dans presque toutes les autres provinces, ayant même reçu l'aval de la Cour suprême. Lors de périodes économiques difficiles, comme durant les années 1980, plusieurs spécialistes ont justifié une telle mesure par le besoin de faire de la place à la génération montante et de « désengorger » le marché de l'emploi.

Ce rationnel pervers ne tient pas la route, insiste Louise Aubert. « Le débat des générations est un faux débat. Les jeunes y gagnent à évoluer au contact des plus vieux, comme on a pu le constater par exemple à la suite des départs massifs à la retraite des infirmières québécoises. L'idée du mentorat mérite d'être étudiée sérieusement comme moyen d'assurer la transmission des connaissances entre les générations. De toute façon, il est clair que chaque âge comporte ses écueils.»
Soulignons que depuis le début des années 1970, les programmes de retraites anticipées se sont implantés et n'ont cessé de gagner en popularité. Résultat : la part des personnes de 55 ans et plus sur le marché du travail était en baisse à 33 %, comparativement à 47 % il y a 25 ans. Baisse démographique oblige, gouvernements, syndicats et entreprises privées seront confrontés avant longtemps à un casse-tête sur la façon de répondre aux besoins de main-d'œuvre.

Mais le déficit démographique de jeunes travailleurs n'est pas la seule raison qui devrait inciter les dirigeants à y penser deux fois avant d'envoyer au bûcher son personnel plus expérimenté. « Avec l'allongement de l'espérance de vie, les gens vont vivre de plus en plus vieux. Ça n'a pas de bon sens de passer 50 ans à la retraite. Dans ce contexte, il faut envisager différentes formules telles que la retraite graduelle ou le partage de postes» suggère Louise Aubert. Car à l'évidence, plusieurs questions sur la place des aînés dans le marché du travail devront être débattues dans un avenir pas si lointain.

Éric Lafontaine, journaliste

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Le choix de travailler à 65 ans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A mi-temps et choix entre CP et CE1
» Entrée en première à LLG - choix du lycée
» j'en ai marre, je n'arrive pas à travailler !
» Atteinte au libre-choix en matière de fin de vie.
» choix musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: La Famille :: 3ième âge-
Sauter vers: