Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Continuer a être un repère et un guide

Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 44
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Continuer a être un repère et un guide   Sam 21 Avr - 16:31

Continuer a être un repère et un guide


De même que le cadre et les limites sont des repères dont l’adolescent a besoin pour se construire, les parents, avec leur propre personnalité, sont des repères et des guides pour leur enfant.
L’adolescent se sert toujours du modèle parental comme support d’identification, mais avec quelques différences par rapport à l’enfant.

Un guide à l’écoute
Un guide est quelqu’un qui aiguille. Même s’il est parfois nécessaire de trancher ou d’imposer un choix ou une règle, le parent de l’adolescent agit aussi comme un interlocuteur qui oriente. Pour cela, il lui est indispensable d’être à l’écoute. Bien entendu, cela n’est pas facile car le parent est également pris par sa vie professionnelle et personnelle. Toutefois, il est dans son rôle d’être attentif, autant qu’il le peut, à l’adolescent en pleine mutation. A cette période, de nombreux chemins de traverses s’offrent à lui : des chemins périlleux, des amitiés destructrices, des comportements à risque ou des expériences initiatiques. Il est sollicité, poussé de l’extérieur et de l’intérieur. C’est pourquoi le parent a un rôle de guide devant toutes ces sollicitations. Pour cela, il doit être attentif au changement d’humeur de son enfant, car l’adolescent vient rarement de lui-même parler de ses interrogations.

Un appui contre les parents
L’adolescent a besoin de s’appuyer contre quelque chose pour affirmer sa personnalité naissante. Il va pour l’instant lui être plus facile de prendre position « contre » que « pour ». C’est pourquoi nous trouvons que l’adolescent a toujours l’air de ne pas être d’accord par principe. En effet, il aime s’opposer car cela le fait se distancier, notamment de ses parents. Ainsi, en rejetant, en apparence, leurs avis ou conseils, il s’autonomise. Les parents vivent souvent mal cette opposition systématique et soudaine, qui les change de la douceur de l’enfant ébahi par son parent. Toutefois, en comprenant le processus interne qu’est en train de vivre l’adolescent, nous pouvons mieux accepter ce mode de fonctionnement basé sur l’opposition. C’est pourquoi l’attitude démagogue est la pire des positions qu’un parent peut adopter. Il faut rester soi-même et ne pas éviter la confrontation d’opinions. Une solution parfois choisie par les parents est d’éviter la discussion en disant qu’elle n’est pas possible. Pourtant l’adolescent la recherche, si toutefois l’adulte accepte de ne pas avoir le dernier mot et que son enfant reste sur son opinion. Ce qui est important c’est de garder la porte et la discussion ouvertes. Même si l’adolescent nous frustre parce qu’il n’est pas d’accord, il a besoin de cet échange et de se positionner par rapport à nous. Les parents restent des points de repère, même si pour l’instant ils sont des punching-balls ! Il ne faut pas abandonner.






Ainsi, les identifications changent mais les parents en restent la base. Les adolescents vont découvrir d’autres modèles, allant de l’opposé du modèle parental à la recherche de la simple différence. C’est la période des idoles qui leur permettent de rêver à ce qu’ils pourraient devenir. Ils piochent chez différents personnages des qualités qui leur semblent importantes et ils tentent de se les approprier. Ils sont pour un temps des caméléons avant de trouver ce qui leur convient le mieux. L’identification au parent semble donc laissée de côté pour le moment. Mais n’oublions pas qu’elle est le limon de la personnalité de l’enfant et qu’elle ne disparaît pas du jour au lendemain. De plus, il est nécessaire que le parent reste égal à lui-même et ne change pas, car cela permet à l’adolescent de garder un point de repère, une base sécurisante. Si, par exemple, un père se mettait à jouer dans un groupe de rock lorsque son fils commence la guitare, il plongerait l’adolescent dans la confusion et le désarroi.

Un guide pour les choix
Tout choix est difficile à faire. Mais, à l’adolescence, cela se complique encore car les changements internes rendent le jeune peu disponible pour choisir de façon objective. Prenons l’exemple de l’orientation. Il est utopique de penser qu’à 16 ans on sache ce que l’on voudra faire plus tard. D’autant plus que l’adolescent est concentré sur le présent car il est confronté à toutes ces transformations intérieures. Or l’avenir est synonyme d’inconnu et lui procure de l’angoisse. De plus, réfléchir à son avenir signifie penser à devenir autonome, à se séparer de ses parents, et cela rend plus difficile encore le choix serein d’une orientation. En réalité, il arrive souvent que l’adolescent ne pense pas au métier qu’il exercera plus tard, mais à l’université qui lui donnera la bonne distance avec ses parents, ou à celle qui réunira le plus de ses amis, etc. En effet, il cherche davantage à s’entourer pour parer à sa solitude future qu’à découvrir ce qu’il aimerait faire.

Dans ce contexte, les parents ont le rôle d’aider leur enfant dans ses recherches et ses choix. Il est évident que si l’adolescent a des préférences et des facilités pour certains domaines il faut les écouter et les respecter. Mais, lorsque l’on sent que son enfant est perdu, il faut savoir intervenir et lui dire son opinion.

Un guide dans les relations sociales et affectives
Les parents sont aussi des guides dans les relations sociales. Même si l’adolescent prend ses distances et passe de plus en plus de temps avec son groupe de pairs, les parents peuvent être des guides et des interlocuteurs en matière de relations humaines. L’adolescent observe la façon dont les parents gèrent leurs relations amicales et affectives et s’en nourrit. Les valeurs transmises verbalement ou observables dans le comportement des parents sont importantes. L’adolescent se sent d’autant plus à l’aise d’avoir son groupe d’amis que ses propres parents en ont un aussi.
L’amitié et le respect de l’autre sont des valeurs que l’adolescent intériorise et va reproduire dans ses relations à ses pairs. Si ce que l’adolescent observe dans les amitiés de ses parents est plutôt la recherche d’avantages et d’intérêts particuliers, il enregistrera ce modèle. Il est donc important de savoir ce que l’on veut transmettre à ses enfants et d’avoir des paroles en accord avec ses actes.

Pour les relations amoureuses, dans la majorité des cas, ce ne sont pas auprès des parents que les adolescents vont se confier. Toutefois, il arrive que le parent de même sexe que l’adolescent soit l’interlocuteur choisi. Si la relation et la confiance sont bonnes, et que l’adolescent ne sent pas son parent angoissé par le sujet, il ira volontiers lui demander conseil. Dans ce domaine, les parents sont aussi des modèles, et la relation de couple qu’ils entretiennent est un véritable point de repère pour l’adolescent, qui tentera de la répéter. Il ne s’agit cependant pas de croire que si l’on a rompu avec son conjoint l’adolescent aura plus de mal à nouer des relations amoureuses. Tout dépend de la façon dont il a compris la situation, comment elle lui a été expliquée, dans quelle ambiance elle s’est faite, etc.

Zoom
Les relations amoureuses de l’adolescent sous le toit familial
Que faut-il accepter ? Entre principe moral et principe éducatif, quelle place donner à la relation amoureuse et sexuelle de notre adolescent sous notre toit ? Certains parents donneront rapidement une liberté totale au jeune couple pour dormir chez eux, d’autres ne l’accepteront pas tout de suite, d’autres encore ne l’autoriseront jamais quel que soit l’âge. Notre éducation et nos principes religieux nous influencent dans ce difficile choix. Il n’y a pas de bonne réponse si ce n’est, peut-être, qu’une attitude médiane serait la meilleure. Sachons par exemple qu’interdire que cela se passe en général ou que cela se passe chez soi n’empêchera en rien leur relation amoureuse et sexuelle. Au contraire, cela peut l’exacerber. Ils passeront éventuellement par le mensonge aux parents pour se retrouver.
D’autre part, accepter comme acquise la relation amoureuse et sexuelle de son adolescent chez soi dans un confort sans limite cautionne le choix de l’adolescent et le pousse vers l’investissement de cette relation. Prenons conscience également du fait que c’est une façon pour nous, parents, de contrôler de ce qui se passe. Il arrive même parfois qu’un jeune couple de 15 ans vive ensemble chez les parents de l’un des deux. Ceci est une fausse maturité et une pseudoautonomie. En réalité, les adolescents sont dans un double cocon : celui de leur relation amoureuse, presque fraternelle, et celui de la maison des parents. Attention à ce contexte incestuel

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Continuer a être un repère et un guide
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Continuer à travailler avec un collègue qui a la gastro
» problème de repère de l'ascension droite
» Problème dans un repère orthonormal
» Repère de câble inaltérable et robuste ....
» A quoi repère-t-on un INTP ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: La Famille :: Adolescents(es) :: Questions / problèmes-
Sauter vers: