Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La première rencontre

Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 44
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: La première rencontre   Mar 19 Déc - 16:30

LA PREMIERE RENCONTRE


Comme pour le bébé dans sa couveuse, nous allons essayer d'installer autour de ces trois personnages une enveloppe, sorte de portage contenant. Afin que cette rencontre soit le plus détendue possible, nous ferons en sorte d'installer chacun confortablement : la maman dans un fauteuil, le papa tout à côté. Nous posons ensuite le bébé dans les bras de sa mère et laissons la découverte se faire entre eux trois.
Ce premier contact est toujours un moment très émouvant, chaque mère le vivant de manière personnelle et intime : pleurs, joie, mutisme, petites paroles douces, caresses qui n'osent pas . . . Si le père est seul présent, ce contact est un moment surprenant, soit par le refus catégorique d'oser toucher ce corps inconnu, préférant poser des questions sur tout l'aspect technique qui entoure le bébé, soit par la facilité déconcertante avec laquelle il peut faire connaissance avec son bébé : paroles d'accueil émouvantes, grande et large main posée sur le bébé . . .
Etre présent à la première rencontre parents-bébé, qu'est-ce ? Un moment plein d'émotion, un moment très délicat. Nous ne sommes là ni en acteur, ni surtout en spectateur, à la frontière de cette rencontre. Il faut laisser à chacun le temps de la découverte, mais aussi avoir une présence dense et légère en même temps : entendre les paroles échangées en respectant l'intimité de chacun, adapter les souhaits de la maman ou du papa avec nos propositions de caresser, toucher, porter leur bébé, enfin avoir ce regard qui écoute le langage des corps de chacun pour aider à ajuster le lien corporel. Cette présence est donc toute en nuances.
" Nous devons donc nous efforcer d'aider les mères à remplir au mieux leur tâche auprès du bébé et surtout éviter d'entraver, par des interventions intempestives, l'établissement de la relation mère/enfant " (Houzel, 1980).
Dans la mesure du possible, nous ferons en sorte que le contact "corps à corps" se fasse le plus tôt possible. Ecoutons ce que nous disent les mères :




  • la maman de Stéphane (qui n'a pris son bébé dans les bras que trois jours après l'accouchement) : "c'est bizarre, je n'avais rien, rien et là je sens le colostrum qui monte, qui monte . . ."

  • la maman de Chloé : "Il n'y a que quand on l'a dans les bras qu'on se rend vraiment compte".




  • " Ce dernier (son corps) n'a pu s'apaiser que le jour où il a reconnu l'enfant qu'il avait porté, le jour où j'ai pris entièrement Valentin dans mes bras pour la première fois " (Loux, 1983).
Lorsque nous sentons que certains parents trouvent immédiatement des gestes naturels, des paroles apaisantes et que ce temps des retrouvailles permet à chacun de continuer l'histoire commencée ensemble quelques mois plus tôt, elle sera la plus légère possible, silencieuse, en retrait mais disponible, en attente. Le plus souvent, lorsque ce bébé n'est pas le premier enfant, le contact se fait beaucoup plus facilement.
Pour d'autres parents, l'accouchement souvent difficile, la séparation, l'inquiétude les ont plongés dans un tel état que gestes et paroles sont figés, comme pour les parents de Matthieu. Matthieu est installé confortablement, semble-t-il, dans les bras de sa maman, son père est assis à côté d'eux. Nous avons l'impression en entrant dans la pièce d'un arrêt fixe sur image, rien ne bouge, tout est silencieux. Petit à petit, la scène s'anime, la mère raconte l'accouchement brutal, sa douleur, le père son désarroi devant cette situation inattendue. Puis ils parlent du bébé d'avant l'accouchement, de leur attente et du bonheur de cette attente. La chaleur revient, gestes et paroles réapparaissent, et ce petit Matthieu, qui semblait profondément endormi, répond par un sourire à chaque fois que sa mère ou son père l'appelle par son prénom. Merveilleux bébé qui permet ainsi à ses parents de voir qu'un lien est redevenu possible . . .
Notre propos n'est pas ici de discuter sur les possibilités du bébé si jeune à répondre ou pas par un sourire à une sollicitation de ses parents. Ce qui nous paraît plus important, c'est que les parents puissent interpréter ce sourire comme une réponse leur étant adressée, comme une certaine reconnaissance de l'enfant vis à vis d'eux-mêmes et de cette interprétation l'enfant se nourrira.
Après ce temps de la première rencontre où se met en place le tout premier lien, véritable "accrochage", une période assez longue va commencer pour s'achever à la sortie de l'enfant.

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
La première rencontre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La première guerre totale ...
» Inscription pour les classe de Première S
» Entrée en première à LLG - choix du lycée
» Fournitures pour la première année en poste fixe!!!
» La première place

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: 9 mois pour la vie :: Prématuré / Néonathalogie-
Sauter vers: