Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bilan des directeurs de la protection de la jeunesse 2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 42
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Bilan des directeurs de la protection de la jeunesse 2006   Lun 23 Oct - 11:27

Communiqué de presse

Bilan des directeurs de la protection de la jeunesse 2006

68 000 enfants signalés à la DPJ en 2006 :
les enfants du Québec, la richesse de tous,
la responsabilité de chacun

(Laval, le 12 juin 2006) – Pour une troisième année consécutive, les 16 directrices et directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) du Québec interpellent aujourd’hui leurs partenaires, les familles et la population, pour leur rappeler qu’une part toujours grandissante d’enfants et leur famille vivent leur quotidien dans la détresse. Entre le 1er avril 2005 et le 31 mars 2006, ce sont plus de 68 000 situations, tristes et problématiques, qui ont été signalées aux DPJ. De ce nombre, près de 32 000 signalements ont été retenus, ce qui représente une augmentation de 13,5 % par rapport à l’année précédente.

Année après année, les DPJ viennent en aide à de plus en plus d’enfants et à leur famille. Des facteurs déterminants tels la pauvreté, l’isolement et la détresse des familles, la détérioration du tissu et de la solidarité sociale, rendent la tâche de certains parents extrêmement difficile, ce qui incommode plusieurs enfants. Il revient donc à la famille élargie, aux professionnels travaillant auprès des enfants et même à la population en général de s’assurer de la protection des enfants ou de venir en aide aux familles en difficulté de leur entourage. La DPJ devrait intervenir, de préférence, en dernier recours.

Il faut se rappeler que chaque enfant est unique et son entourage l’est tout autant. Par exemple, Mme Sonia Gilbert, DPJ au Centre jeunesse de la Montérégie a raconté aujourd’hui, en conférence de presse, l’histoire d’Annie, signalée pour une situation d’abus physique. Le signalement n’a pas été retenu puisque Annie n’était pas en danger. Cependant, il est apparu que sa mère appliquait plutôt des méthodes éducatives non appropriées. En ce sens, Annie et sa mère ont tout de même besoin d’aide et l’ont reçue de la part du Centre de santé et de services sociaux (CSSS).

M. Luc Cadieux, DPJ aux Centres jeunesse de l’Outaouais, a pour sa part exposé la situation de trois enfants d’une même famille, tous signalés pour négligence. La constatation a été qu’ils avaient réellement besoin d’aide, tout comme leur mère. Le DPJ, le CSSS et les organismes communautaires ont travaillé ensemble pour que les enfants demeurent avec leur mère. Celle-ci a du apprendre les mesures d’hygiène appropriées et s’assurer que les enfants aient suffisamment de nourriture, en plus de vivre dans un milieu de vie et un climat plus sains afin qu’ils puissent se développer et s’épanouir. Le DPJ et ses partenaires continuent de soutenir cette famille en grande détresse.

Le thème du bilan des DPJ 2006 « Nos enfants : la richesse de tous, la responsabilité de chacun », tient à démontrer des situations où des enfants ont été signalés et expliquer les raisons pour lesquelles les signalements sont retenus ou non. De plus, les DPJ ont voulu démontrer la nécessité de travailler en collaboration avec les autres ressources disponibles pour venir en aide aux enfants, aux jeunes et leur famille en difficulté, notamment lorsque la protection immédiate n’est pas nécessaire.

Il est important de rappeler que le DPJ ne peut intervenir et protéger seul les enfants. Les DPJ ont donc profité de l’occasion pour présenter des projets de partenariat gagnants avec d’autres organismes pour aider les enfants et les familles en difficulté, et ainsi mettre de l’avant le partage de la responsabilité collective concernant la protection des enfants.

Les DPJ ne peuvent être la porte d’entrée des services sociaux pour venir en aide à tous les enfants, jeunes et familles en difficulté. En ce sens, le projet de loi No 125, Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et autres dispositions, qui devrait être voté incessamment, tend à resserrer les critères de sélection de rétention de signalement, ce qui signifie que la responsabilité de la protection des enfants sera plus que jamais l’affaire de tous.

La stabilité et la continuité, au cœur même du projet de loi No 125, constituent une notion essentielle pour le développement cognitif et affectif des enfants. Les DPJ ont travaillé d’arrache-pied depuis maintenant quatre ans pour illustrer le bien-fondé de clarifier le projet de vie des enfants, dès le plus jeune âge, pour une catégorie d’enfants dont le retour dans le milieu familial est impossible. Pour ce faire, des délais seront imposés aux parents afin qu’ils se reprennent en main, dans la mesure où ces derniers auront reçu des services. Les connaissances cliniques acquises depuis les 27 dernières années d’application de la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ), la recherche et les études faites à travers le monde nous amènent à évoluer dans les pratiques auprès des enfants. La LPJ doit être un levier pour aider ces enfants et non une contrainte.

Le bilan des DPJ 2006 est disponible sur le site web de l’Association des centres jeunesse du Québec : www.acjq.qc.ca.

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Bilan des directeurs de la protection de la jeunesse 2006
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vidéo sur le travail de l'éducateur en IPPJ (protection de la jeunesse)
» Bilan hormonal pour Chéri
» BILAN HIVER 2008/2009
» Bilan génétique!
» Protection des animaux & Végétarisme #2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: Pédophilie,Violence :: Pédophilie-
Sauter vers: