Site Médical de Baxter


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Loi française sur la pédophilie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Baxter
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 42
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Loi française sur la pédophilie   Mar 10 Oct - 14:57

La loi française
La loi française fixe l'âge de la majorité sexuelle à 15 ans. Elle prévoit trois formes d'abus sexuels:

- l'atteinte sexuelle, pour laquelle le défaut de consentement de la victime n'est pas requis pour la constitution de l'élément matériel de l'infraction. Cette infraction ne peut cependant s'appliquer qu'en ce qui concerne des mineurs de 15 ans (c'est ainsi que la loi désigne les personnes de moins de 15 ans) victimes de cette atteinte, on comprend alors pourquoi la preuve d'un défaut de consentement n'est pas requise, puisqu'à défaut de majorité sexuelle, l'enfant n'est pas considéré comme étant capable de consentir à un acte sexuel ;

- l'agression sexuelle, qui nécessite de démontrer l'absence de consentement de la victime (ce qui peut être une preuve difficile à administrer), concerne tout acte accompli par son auteur dans un but sexuel (tels que des attouchements, etc., mais également tous les actes de pénétration imposée de l'auteur par la victime et ceux que l'on ne peut prouver).

- Le viol, enfin, exige en plus de la preuve du défaut de consentement de la victime, la preuve d'une pénétration de la victime par l'auteur de l'infraction, cette preuve peut être administrée au moyen de certificats médicaux (gynécologiques et gastro-entérologiques).

L'atteinte et l'agression sont des délits jugés en correctionnelle, le viol est un crime jugé aux assises.

Pour ce qui est de l'agression sexuelle et le viol, infractions non spécifiques aux mineurs, l'âge de la victime, comme la qualité d'ascendant ou de détenteur d'une autorité sur la victime constituent des circonstances aggravantes de la peine encourue (soit de 5 à 10 ans d'emprisonnement)

Dans la pratique, les viols, mêmes sur mineurs, sont pour la plupart d'entre eux correctionnalisés. En effet la preuve de la pénétration sexuelle, de plus en plus difficile à prouver à mesure que le temps passe (ce qui doit donc conduire les victimes à porter rapidement plainte ou aller consulter à l'hôpital dans un service spécialisé), est parfois impossible ; aussi, pour éviter l'acquittement par les jurés aux assises, le viol est requalifié en agression sexuelle, pour assurer une condamnation.

Pour les atteintes sexuelles, c’est-à-dire les cas où la victime était consentante ou du moins pour lesquels le consentement n'est pas requis (ce qui est très protecteur pour les victimes), les poursuites sont rares quand la victime est âgée de 15 à 18 ans, car dans ces cas, il faut que l'atteinte soit qualifiée, c'est-à-dire commise par un ascendant ou une personne ayant autorité. Cette qualification est utilisée lorsque la preuve du défaut de consentement du mineur de moins de 15 ans s'annonce difficile. Toutefois, dans le cas d'enfant très jeune (moins de 12 ou 13 ans) le consentement est généralement considéré comme impossible ou non valable: un consentement apparent sera généralement mis sur le compte d'une manipulation mentale par l'expertise, et donc considéré comme une forme particulière de surprise ou de menace psychologique, ce qui qualifie l'agression.

En effet la preuve du défaut de consentement est très délicate, puisqu'il faut caractériser la violence, la contrainte, une menace ou une surprise (ce qui exclut les actes répétés). Cette preuve ne peut être administrée que par l'aveu de l'auteur de l'infraction, si cet aveu est circonstancié (ce qui veut dire qu'il admet avoir agressé sexuellement sa victime en connaissance de son absence de consentement) ou par une expertise de crédibilité de la victime (s'ajoutant à un faisceau d'indice probant).

En plus de ces 3 cas, il en est un souvent oublié : la corruption de mineur. Elle consiste à exposer un mineur à des représentations pornographiques ou à des actes sexuels effectués volontairement devant lui. Dans les affaires intra-familiales, elle constitue un cas de poursuite très fréquent et dans bien des situations, un préalable aux 3 autres infractions.


Caractérisation des abus sexuels sur mineur
L'abus sexuel est en grande partie (près de 90% d'après la plupart des statistiques en 2004) le fait d'une personne connue de la victime, la plupart du temps un proche parent. Contrairement à une croyance populaire, les enlèvements d'enfants par des inconnus sont une très large minorité des cas d'abus sexuels.

Ne pas faire de confusion entre abus sexuels et enlèvement. Si la plupart des enlèvements s'accompagnent d'abus sexuels, la très grande majorité de ceux ci ne s'accompagnent pas d'un enlèvement.

En fait, il vaut mieux appréhender les violences sexuelles sur mineurs suivant l'organisation des Brigades de Protection des Mineurs. Concrètement et statistiquement les mineurs sont à 70 % agressés sexuellement par des personnes qu'ils connaissent et à 30 % par des inconnus. Dans la tranche des 70 %, 80 % sont agressés par des membres de la famille au sens large. Les 20 % restant se partageant entre les camarades, voisins, l'encadrement pédagogique ou sportif...etc.

C'est pourquoi les groupes d'enquêtes sont partagés, en France et en Europe généralement, en 2 divisions : La division des affaires intra-familiales et la division des affaires dites contre « X ». Bien que s'occupant de 30% des cas de violences sexuelles sur mineurs, les divisions des affaires contre « X » sont aussi, voire plus, étoffées que celles aux affaires intra-familiales en raison de la difficulté à retrouver le ou les agresseurs.


Les conséquences de l'abus sexuel sur mineur
L'abus sexuel a de très fortes conséquences sur les victimes mineures.



Conséquences physiques
Elles dépendent largement de l'âge de l'enfant en cause.

Les simples attouchements et les pratiques sans pénétration vaginale ni anale, comme la masturbation ou la fellation, ne provoquent pas de dommages médicaux physiques - hormis les risques de transmission de maladies sexuellement transmissibles inhérents à tout acte sexuel.

Le viol, qui recouvre au sens judiciaire toute pénétration de la victime (anale, vaginale, buccale), peut parfois causer des dommages physiques graves, en fonction de l'âge de l'enfant, de son développement physique et de la violence de l'acte.

Évidemment, des violences associées à l'abus sexuel peuvent provoquer des dommages physiques importants.


Conséquences psychologiques
Il faut distinguer deux types de dommages psychologiques :

le viol du consentement, l'adulte imposant à l'enfant un comportement auquel ce dernier ne se prête pas.
le sentiment de faute de l'enfant, qu'il soit spontané, ou provoqué par l'adulte pédophile ou par l'entourage de l'enfant, est souvent conforté par l'injonction du secret imposé.
L'abus sexuel implique souvent une notion de dommage psychologique obligatoire causé à l'enfant, alors qu'il ne s'agit en fait que de la violation de normes sociales et juridiques ou morales. Tous les enfants abusés ne réagissent pas de la même façon et ne développent pas nécessairement des troubles psychologiques ou sexuels.

Contrairement à une idée répandue, ce n'est pas tant le sexe qui est à l'origine des troubles psychologiques, que le contexte psychologique de l'abus. Interviennent la différence d'âge, le sexe de l'enfant, la nature des actes, la durée de l'abus, le rapport d'autorité, les pressions subies, la culpabilité liée à la sexualité, la personnalité de l'adulte et de l'enfant.

Interviennent secondairement les événements qui peuvent résulter de la découverte de l'abus, comme les réactions de l'entourage, les enquêtes judiciaires, les interrogatoires de police, les examens de la zone périnéale, la survictimisation, voire l'instrumentalisation médiatique de l'enfant, conditions qui peuvent être vécues par l'enfant comme un « deuxième viol » de son intégrité physique et psychique.

Comme tous les enfants ne développent pas des pathologies liées à des relations avec un adulte, il se trouve nécessairement des pédophiles qui, forts d'une expérience personnelle vécue comme positive, militent activement en faveur de la pédophilie et fustigent leurs opposants dont ils dénoncent la fausseté des arguments souvent exaltés et violents ou l'incompétence, et dont les choix sont souvent plus issus d'un moralisme jugé pervers que résultant d'une démarche fondée sur la logique.

Aux États-Unis, les troubles de la personnalité (personnalité multiple) ont été associés au forme de maltraitance selon un phénomène de fuite vers une nouvelle personnalité capable de dominer la situation. Cette conception est critiquée, de même que la notion de traumatisme lié aux violences sexuelles. En effet, ne sont traitées par les services psychologiques que les personnes violées et perturbées à la suite de l'acte, ce qui conduit inévitablement à une sureprésentation des personnes traumatisées. A cela s'ajoute aussi une critique de la visée rétrospective des perturbations en attachant un rôle direct à une seule cause, le viol (sur ce sujet, voir Le Crime était presque sexuel : Et autres essais de casuistique juridique de Marcela Iacub).


Caractérisation de l'agresseur sexuel
Il existe plusieurs sortes d'abuseurs sexuels. Certains éprouvent une attirance sexuelle anormale et persistante pour les enfants en général, qu'ils n'ont pas su ou pas voulu contrôler : ce sont des pédophiles. D'autres ressentent une attirance pulsionnelle pour la victime, parfois ponctuellement au moment des faits : c'est souvent le cas lors des abus sexuels incestueux et lorsque l'agresseur à un profil habituellement hétérosexuel, enfin d'autres encore sont attirés par la domination qu'ils peuvent exercer sur autrui dans la relation sexuelle, exprimant ainsi une composante sadique ou névrotique.

Il est à noter que la notion de pédophilie n'existe pas sous ce nom dans la loi française. Les termes « pédophile » et « pédophilie » n'apparaissent nulle part dans le code pénal. Les actes effectifs d'agression, d'atteinte ou de corruption sont prévus par la loi, mais non l'état ou l'attirance sexuelle d'une personne.

Le terme d'« abuseur sexuel » n'existe pas non plus dans le code pénal. L'utilisation du terme pédophile fait donc appel à des références étrangères au droit tout comme les termes de « pulsion », « inceste », hétérosexuel...


Traitement médiatique et social de l'abus sexuel sur mineur
Depuis la fin des années 1990 une prise de conscience générale de ces dommages et des dangers de l'abus sexuel a eu lieu dans la société occidentale : elle s'est traduite la plupart du temps par une meilleure écoute des victimes ainsi qu'un renforcement de la législation, tant au niveau préventif qu'au niveau répressif.


Lutte contre l'abus sexuel sur mineur
Il existe deux approches complémentaires: la répression et la prévention.



La répression
Certains proposent de rallonger les peines à perpétuité et la durée de la prescription, ce qui aurait pour effets de soustraire plus longtemps de la communauté les individus condamnés, et de renforcer les normes dissuasives.

Depuis octobre 2004 la prescription est passée à 20 ans après la majorité. Autrement dit une victime de viol dans son enfance peut déposer plainte jusqu'a ce qu'elle atteigne l'âge de 38 ans.


La prévention
Si le but essentiel est bien de limiter le nombre de victimes, alors la prévention de la pédophilie, peut remplir un rôle complémentaire dont les effets bénéfiques et à plus long terme laissent espérer que les pouvoirs publics s'engageront à l'avenir à miser plus sur cette nouvelle approche prometteuse qui a déjà suscité un certain intérêt dans les milieux spécialisés et même politiques en France et en Suisse.

Il convient aussi de rappeler que les assassins ainsi que les violeurs d'enfant sont avant tout des criminels, quelles ques soient leur orientation et attirances sexuelles, dont ils ne peuvent se prévaloir pour atténuer leurs crimes: leur mise hors d'état de nuire est considéré dans toutes les sociétés modernes comme une nécessité absolue.

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."


Dernière édition par le Jeu 13 Sep - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
Baxter
Admin


Féminin
Nombre de messages : 4249
Age : 42
Localisation : Montérégie, Canada
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Loi française sur la pédophilie   Lun 19 Mar - 11:50



http://www.internet-mineurs.gouv.fr/

_________________


"La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle donnent aux autres."
Revenir en haut Aller en bas
http://universdebaxter.superforum.fr
 
Loi française sur la pédophilie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Initiation à la vie politique Française Option B
» [Autorité héraldique] [BELGIQUE] Communauté française de Belgique : du nouveau !
» Cabale Française ?
» Petit débat sur la nécessité d'inscrire la gastronomie française au patrimonie mondial de l'UNESCO
» [En ligne] Armorial de la noblesse française (XVII-XIX)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Site Médical de Baxter :: Pédophilie,Violence :: Pédophilie-
Sauter vers: